BURN-OUT QUAND TU NOUS TIENS !

Dans mon article précédent,  « Et si le burn-out devenait une opportunité pour oser être pleinement soi? », je vous faisais part de mon vécu et de ma profonde conviction que nous pouvons transformer cette expérience de burn-out en opportunité!

ET SI LE BURN-OUT DEVENAIT UNE OPPORTUNITÉ POUR OSER ETRE PLEINEMENT SOI ?

Bien évidemment, avant de prendre conscience de cela, il a été nécessaire de traverser des étapes…  Je vous propose de faire ZOOM sur cette période durant laquelle « Burn-Out, tu nous tiens »!

Cela commence par un STOP!

STOP ! Ce n’est pas forcément le mental qui le pose, mais le corps et les émotions !

Du stress chronique, de la tension artérielle, des douleurs musculaires, des maux de tête, de dos, de ventre, un sommeil perturbé, des variations de poids, de l’eczéma, des infections plus fréquentes (rhinite, angine, grippe, otite, …) et une fatigue intense et persistante.

Le corps met en MAUX les MOTS que nous ne parvenons pas à formuler. IL TIRE LA SONNETTE D’ALARME ! Le corps a ses limites et des symptômes vont apparaître progressivement.

A cela peut venir s’ajouter, de l’anxiété, des inquiétudes, de l’irritabilité, des colères subites, des pleurs… de la démotivation progressive par rapport au travail, une présence physique mais absence d’esprit,  un sentiment d’incompétence et d’échec, une diminution de la confiance en soi, de l’indécision et de la confusion, une tendance à l’isolement, des difficultés à se concentrer et à mémoriser, des pertes de mémoire, de la dépersonnalisation (mode robot/mode pilotage automatique).

Le burn-out se produit insidieusement…et malgré des symptômes de plus en plus présents, une énergie grandissante pour faire face à son travail est déployée… jusqu’au jour où le STOP s’impose… D’ailleurs, à ce moment-là il est fréquent de se dire : BURN-OUT moi ? NON !

Vous connaissez cela ? Vous connaissez des personnes dans votre entourage qui sont passés ou qui passent par-là ?

C’est tout un cheminement qui commence et qui est nécessaire… un long cheminement… cheminement :

  • Qui est fonction de chacun,
  • Du moment où le STOP a été posé,
  • De l’histoire de vie,
  • De l’accompagnement qui est entrepris.

Il y a un deuil à faire, il y a des étapes indispensables par lesquelles passer…les étapes du changement… arrivé(e) à ce stade c’est le/les changement(s) qui s’impose(nt).

Alors il va falloir surfer sur la vague durant cette période d’arrêt… une coupure avec son environnement professionnel devient indispensable pour récupérer physiquement et se ressourcer, accueillir ce qui est vécu, comprendre et accepter ce qui a été.

Et à partir de là, il est possible d’explorer qui l’on est, d’entreprendre des premiers changements pour, pas à pas, être en mesure de réinvestir de nouveaux changements, de prendre une décision : Retourner au travail ? En changer ? Réinvestir un nouveau projet ?

Quelle période chamboulante, insécure à tant de niveaux ! Tant de PEURS…Peur :

  • De ne pas s’en sortir,
  • De ne pas pouvoir retrouver de l’énergie
  • De l’impact que ça engendre chez les autres au travail et à la maison. Des conséquences sur sa vie de famille, professionnelle et sociale,
  • Du jugement,
  • De retourner au travail,
  • De ne pas pouvoir y retourner,
  • De refaire un burn-out,
  • De ne pas savoir ce que l’on veut,

A cela peut s’ajouter de la CULPABILITE, de la HONTE et notamment celle d’être dans l’IMPOSSIBILITE durant ses premières étapes de prendre des décisions éclairées… « Je DOIS, je VEUX mais je NE PEUX PAS , je N’Y ARRIVE PAS! »

Malgré tout cela, cette période est à traverser ! Et pour cela, être accompagné par des professionnels de santé et des professionnels de l’accompagnement est essentiel. Essentiel pour ÊTRE ENTENDU dans ce qui se passe pour soi sans jugement et avec bienveillance, pour APPRENDRE de SOI, COMPRENDRE ce PROCESSUS, (se) TRANSFORMER et ENTREPRENDRE DES CHANGEMENTS.

Il y a un AVANT, un PENDANT et un APRES BURN-OUT !

Burn-out quand tu me tiens… je fais le choix de REBONDIR, de découvrir ma capacité de résilience en transformant cette épreuve en expérience positive.

Pour ceux et celles que cela intéresse:

J’accompagne des hommes et des femmes qui vivent cette situation et qui ont fait le choix de la transformer en opportunité.  D’autre part, début avril, je lance une offre intitulée « Créer une vie professionnelle qui me ressemble, après un burn-out ».  Pour tout renseignements complémentaires vous pouvez m’envoyer un mail à l’adresse suivante: sylvieportas@gmail.com 

 

POUR OBTENIR DES INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

CLIQUEZ ICI

 

 

ET SI LE BURN-OUT DEVENAIT UNE OPPORTUNITÉ POUR OSER ETRE PLEINEMENT SOI ?

 

Une opportunité ? Certains se diront : « Mais quelle opportunité ?

  • Celle de se sentir épuisé(e) des mois et des mois, d’avoir ses batteries à plat et de récupérer très difficilement un minimum d’énergie ?
  • Celle de se sentir perdu(e), de vivre l’angoisse du : et après ?
  • Celle de se sentir tout(e) petit(e), de culpabiliser, de sentir « nul(le) », « incapable »,

Et bien ces choses-là je les ai entendues et me les suis dites !

Tout d’abord en exerçant dans le champ du social puis des ressources humaines, j’ai rencontré de près des personnes à la frontière du burn-out ou complètement en burn-out, j’ai accompagné la prévention des risques psychosociaux au sein des organisations, des professionnels en situation d’épuisement, de perte de sens, d’ennui. Mais je n’ai commencé à comprendre que profondément ce qu’est le burn-out à compter d’un soir en plein mois de janvier…

Il est plus de 20h, je suis encore au travail, j’ai des situations de dernière minute à gérer et là une situation qui vient se surajouter… Un peu comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase… mes larmes coulent et impossible de les stopper…même en rentrant chez moi ! Là je ne me reconnais plus !

Moi qui suis d’un naturel jovial et positif, je sens que ce naturel s’éteint à petit feu ! Et pourtant j’ai un bel équilibre familial et social, une famille et des amis présents et soutenants.

Moi qui suis d’un naturel dynamique, vif, curieux, endurant, je me retrouve épuisée, sans élan ! Je me rends bien compte que j’ai du mal à me concentrer, à mémoriser, à réfléchir, à ressentir ! J’ai depuis quelques mois du mal à dormir, à me lever pour aller au travail, j’ai des migraines a répétition, des crampes d’estomac, des nausées…Les week-ends ? Les vacances ? Déconnexion et récupération difficile voire impossible !

Moi qui suis d’un naturel empathique, communicatif, je ne suis plus pleinement présente dans ma relation aux autres, comme j’ai l’habitude de l’être. Je m’irrite facilement et perd patience, je supporte de moins en moins les situations qui se présentent…

Et pourtant, je me dis que je dois me ressaisir, que je dois être là, que je dois faire ! Je me dis que c’est une grosse fatigue et que ça va passer, que le tumulte quotidien auquel je suis confrontée au travail va bien finir par s’apaiser.  Je me dis que je n’ai pas le droit, surtout avec mon poste à responsabilité, de lâcher, de me plaindre !  Je dois maintenir le cap, soutenir les autres professionnels qui sont à bout, préserver mes collaborateurs et collègues, être la plus efficace possible en répondant à toutes les injonctions de part et d’autre !

M’arrêter ? Non IMPOSSIBLE ! Et pourtant…le lendemain, IMPOSSIBLE d’y retourner…

Et là c’est une nouvelle page qui s’est écrite. Il y a un avant, un pendant et un après burn-out.

 

PRIORITE 1 : Prendre soin de ma santé, récupérer physiquement, émotionnellement et mentalement. Cela m’a pris 6 mois ! Et oui, le Burn-Out résulte de « l’AccumulAction » de Stress Chronique. Il n’est pas arrivé du jour au lendemain, il ne repart pas du jour au lendemain !

PRIORITE 2 : Comprendre ce que j’ai vécu, ce qui m’a amené jusque-là. A partir de ce moment,  je peux commencer à faire mon « deuil », à avoir des prises de conscience, à mieux me connaitre et me comprendre. C’est aussi à ce moment-là que je commence à faire la part des choses entre toutes les idées reçues sur le burn-out ! La liste est longue ! Je vais juste citer celle-ci : « Les personnes qui font un burn-out sont des personnes fragiles ». Et bien NON. Les experts sont clairs ! Personne n’est à l’abri. Certaines attitudes, situations ou caractéristiques individuelles peuvent, dans un contexte professionnel de stress chronique, contribuer à l’épuisement professionnel. Parmi les facteurs de risque l’on retrouve essentiellement des professionnels grandement investis dans leur travail, faisant preuve de perfectionnisme, d’une conscience professionnelle élevée …

Alors ces étapes sont certes inconfortables, difficiles mais sont essentielles ! Elles me permettent de ne pas être dans le « FAIRE » mais dans l’ « ÊTRE ». Un pilier essentiel pour la suite ! Être entendu(e), soutenu(e),  accompagné(e),  durant cette période s’avère également essentiel.

 

PRIORITE 3 : Retrouver le goût d’investir un nouveau projet de vie et pour cela identifier mes besoins, mes forces, mes ressources, mes potentiels, mes talents. Là je commence pas à pas à me remettre en mouvement vers mon nouveau projet professionnel : revenir dans mon ancien poste ? Le quitter ? En retrouver un nouveau ailleurs ? Changer de métier ? Créer mon entreprise ? Des décisions doivent être prises, une autre étape se pose.

Je fais le choix éclairé de quitter mon poste, de développer de nouvelles compétences et de créer mon entreprise. J’ai peurS, peur de faire le mauvais choix, peur de ne pas y arriver, peur de mettre en difficulté ma famille, peur de ne pas gagner ma vie, peur d’être jugée…et pourtant j’ai une certitude : je ne veux absolument pas revenir en arrière, là maintenant, je ne peux plus revenir dans le système dans lequel j’étais avant, là maintenant j’ai hâte d’explorer autre chose et je fais le choix de faire confiance, de me faire confiance. J’ai tant appris ! Sur moi, sur la vie.

PRIORITE 4 :  Rendre possible mon projet ! J’agis, j’explore, je réajuste, je continue d’apprendre, je transforme, je me donne les moyens, je suis à l’écoute de mes besoins, je crée une vie professionnelle qui me ressemble !

Alors oui, mon expérience et mes accompagnements auprès de personnes qui, elles aussi sont passées par là, me font dire que le burn-out est cette « secousse » qui peut venir transformer sa vie, qui peut devenir une belle opportunité pour OSER ÊTRE PLEINEMENT SOI, un peu comme si une deuxième vie commençait avec plus de conscience. Et ce cheminement continue de se faire bien au-delà de cette expérience !

Aujourd’hui, j’accompagne de nombreuses personnes qui vivent cette situation et qui ont fait le choix de le transformer en opportunité.  Je lance également début avril un programme spécifique.  Pour tout renseignements complémentaires vous pouvez m’envoyer un mail à l’adresse suivante: sylvieportas@gmail.com 

 

 

LES RÉFLEXES ARCHAÏQUES, C’EST QUOI?

 

Un point commun entre:

  • L’hypersensibilité tactile, olfactive, auditive et/ou visuelle?
  • Les « maladresses », le manque d’équilibre et/ou coordination?
  • Une grande fatigabilité?
  • Le mal des transports?
  • Une faible estime et confiance en soi?
  • Des réactions émotionnelles pouvant paraître excessives (excès de colère, impulsivité, angoisses…), stress, stress chronique, burn-out
  • Les difficultés à s’adapter aux changements
  • Les difficultés  et troubles de l’apprentissage (écriture, lecture, troubles de l’attention, acquisition de nouvelles connaissances et compétences…).   

Et bien oui ! Le point commun ? les réflexes primitifs ou archaïques. Choisissez le nom qui vous convient le mieux! 

Je vous invite à découvrir la vidéo « Les réflexes archaïques en 5 questions », réalisée par Claire LECUT, formatrice et consultante RMTI.  

Et pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter! Formée et accompagnant à l’intégration des réflexes via la pratique RMTI (Rhythmic Movement Training International), je me ferais un plaisir de répondre à vos questions.